Forums

Ça - Partie 1

It

Horreur 13
Date de sortie : · Liste : Film 2017
Impression globale
7.7
Histoire/scénario
6.8
Acteurs
7.7
Total 7.5 /10 · 6 avis · 6 note(s) · Poster mon avis ?

Synopsis : 1984, Mike Hanlon prend son téléphone pour re-contacter ses anciens amis d'enfance : Bill le bègue, Stan le juif, l'asthmatique Eddie, Ben le gros, Richie le binoclard et la charmante Beverly. Tous ont grandi, tous ont réussi, mais ce coup de fil va les replonger vingt-sept ans en arrière, durant cet été 1958 où, pour la première fois, ils ont vu l'horreur et ses différents visages. Ce coup de fil va faire resurgir les blessures et les souvenirs d'une période qu'ils ont tous tenté d'effacer.

Réalisateurs : · Casting : , , , , , , , , ,

Séances : tapez un lieu (75, Paris, Bruxelles, Montréal...)

13 avis sur Ça - Partie 1

  1. Black-Ant0ine-White dit :
    Impression globale
    7
    Histoire/scénario
    7
    Acteurs
    7

    Les premières minutes mettent directement dans le bain : c'est malsain, tu es prévenu. Ensuite, nous passons dans une ambiance eighties très sympathique rassemblant une bande de gentils losers sortant d'un "Stranger Things" ou d'un "Super 8", une série et un film que j'ai adoré, donc ce n'était pas pour me déplaire. En plus, tout du long le film arrive à nous faire ressentir une certaine empathie pour ces gosses face à un Bill Skarsgard pas vraiment effrayant mais qui fait le boulot tout de même. Les enfants sont d'ailleurs des personnages assez exploités...peut être trop exploités, car de nombreuses scènes nous font découvrir leurs comportements et leurs personnalités jusqu'à un final ou l'on retrouve un vrai fil conducteur. Difficile d'aimer ou de détester, ce premier chapitre est la pour poser les bases, attendons la suite...

    • adbabad dit :

      Il vit aux states ou au Canada. Le film est déjà sorti là bas. Depuis le 8 Septembre.
      Avec un peu de jugeotte et de bon sens la réponse est évidente. ça m'a pris 2 minutes de vérifier la date de sortie US grâce à google et mes petits doigts.

  2. EddieFelson dit :

    @antoine, je piaffe d'impatience de le découvrir... je n'ai trouvé d'avant 1ère qu'à partir du 15, où as-tu eu la chance de le voir aussi tôt?

    • Black-Ant0ine-White dit :

      Belgique , c'est sorti cette semaine haha ;)

    • Maxouzob dit :

      C'est sur que la belgique c'est moins loin que les states ou le canada.. :lol:

    • adbabad dit :

      Ouais...Au moins j'aurais tenté de trouver la réponse par moi-même au lieu d'attendre comme un bœuf...C'est pas comme si on avait cet outil qu'est Internet à disposition...

  3. EddieFelson dit :

    @antoine :wink:

  4. Gemmel dit :

    Vu le démarrage au bo américain ce week end, ce film est partit pour être la plus lucrative des adaptations de Stephen King. Mais sinon, jamais réalisé à quel point la famille skarsgard était grande au cinéma et à la tv

  5. Djack dit :
    Impression globale
    8
    Histoire/scénario
    8
    Acteurs
    8

    Dans la famille des adaptations ciné des chefs-d'oeuvre de Stephen King, on demande le cultissime Ça, oeuvre de presque 1200 pages déjà adaptée à la télé avec le téléfilm de 3h "Il" est revenu. Cette version, indétrônable pour beaucoup de fans, est sorti en 1990 aux États-Unis, donc il y a 27 ans, soit pile poil le nombre d'années d'hibernation du terrifiant Grippe-Sou, ce clown cauchemardesque qui aime particulièrement les gamins.

    Remis au goût du jour, le film d'Andy Muschietti prend quelques libertés avec la base originale, tout en s'amusant à reproduire quelques scènes du téléfilm, comme la scène d'introduction avec le pauvre petit Georgie. Mais pour cette chronique, on ne prendra pas la direction de la comparaison. On préférera insister sur ce qui fait que ce long-métrage est une réussite totale, car oui, sur beaucoup de points, Ça déchire !

    Commençons par poser l'ambiance : dans les années 80 (un effet nostalgie et une facilité d'attraction du public qui cartonne, sans en faire des caisses), Georgie, le petit frère de Bill le bègue disparaît. Personne ne sait ce qu'il est devenu, sauf le spectateur : Grippe-Sou l'a emporté avec lui dans les égoûts dans une séquence choquante et malsaine. Grâce à l'aide de ses amis - avec qui il forme le Club des Ratés - Bill va passer un été atypique à la recherche de Georgie, et tous vont se retrouver à affronter leurs plus grandes peurs et passer le cap de l'enfance d'une manière particulièrement terrifiante...

    Car avant d'être un film d'horreur, Ça parle en priorité de ses jeunes personnages, de leur enfance déchirée, saccagée, terrifiée par des événements morbides. Bien avant d'associer cette peur au clown tueur - qui les fera resurgir d'une façon frontale et dépourvu de subtilité (dans le bon sens du terme) -, les sept enfants qui forment ces losers vivent un quotidien peu reluisant. Ils affrontent seuls des instants-clés de leur vie, qu'il s'agisse de la disparition d'un frère, de la sur-protection d'une mère castratrice, de la mort de parents, des premières règles de jeune fille qui attirent le regard d'homme immonde... rien n'est facile de base pour eux. Et ce n'est pas le sadisme de Grippe-Sou qui va arranger les choses.

    Pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, cette nouvelle version de Ça surprend pour un élément d'une justesse affolante : sa jubilation comique. N'y voyez pas une quelconque ironie ni moquerie là-dedans, Ça possède des scènes hilarantes quand il s'agit de faire rire, surtout par le biais d'un personnage détonnant : l'inénarrable Ritchie. A base de "mon gros zguegue !" et de la "chatte de ta mère !", Ritchie rend le groupe et sa cohésion crédible, solide, empathique, en évitant soigneusement d'être le lourd de service mais bien le comique parfait.

    Ritchie n'est d'ailleurs pas le seul personnage qui permet de s'attacher facilement au groupe. Tous ont leur façon de faire vivre ce Club des Ratés, indiscutablement le plus gros point fort du film (admirablement casté, au passage). Entre le petit gros Ben, véritable vecteur de tendresse et d'empathie, la jeune Beverly, aussi pétillante que terriblement apeurée quand il s'agit de se retrouver seule avec son père dégueulasse, ou l'excessif Eddie, craignant d'avoir toutes les maladies du monde rien qu'en regardant une maison délabrée, l'adhésion à cette bande de paumés est totale.

    Une grosse réussite à laquelle s'ajoute le savoir-faire formidable d'Andy Muschietti, qui soigne sa réalisation comme rarement on la soigne dans les films d'horreur contemporain (excepté James Wan). Chaque plan est une merveille, rendant son film aussi bien inquiétant que réellement magnifique, la photographie de Chung Chung-hoon étant à tomber par terre, sublimé en plus par des mouvements de caméra ingénieux - surtout dans les moments flippants, où Grippe-Sou joue avec ses victimes à qui aura le plus peur (ravis que les soirée diapos ne soient plus d'actualité !).

    On regrettera cependant cette tendance à tout le temps vouloir faire sursauter le public habitué aux émotions fortes, en balançant des jumps-scares la plupart du temps complètement foireux, mais qui malgré tout n'empêche pas d'apprécier l'aboutissement visuel de ces scènes, qu'on aurait juste aimé bien plus perverses au lieu de faire dans le sensationnel. Et ce même si certaines d'entre elles sont vraiment terrifiantes à souhait (la salle de bain ensanglantée, le tableau "vivant", le premier affrontement dans la maison abandonnée, le final dans les égouts...). Une deuxième réussite donc pour Andy Muschietti, qui réitère à allier une ambiance de terreur et de beauté comme il avait si bien fait avec son Mama et sa fin sublime.

    Tout aussi sublime mais cruel, le fameux Grippe-Sou, clown psychopathe interprété avec justesse par Bill Skarsgård, qui est bien entendu le cœur de l'histoire. Il n'est pas qu'un bouffon venu faire sursauter la populace, mais surtout la matérialisation des peurs profondes, viscérales, des protagonistes, qui brille même par son absence car on sait qu'il flotte toujours dans l'air... Tour à tour ricaneur, démoniaque ou fou à lier, cet allumé du ciboulot attaque là où ça fait mal, ne fait pas dans la dentelle, et a ce qu'il faut d'imprévisible pour y voir une vraie menace.

    Pour toutes ces raisons, Ça fait partie des gros coups de cœur de 2017, et il nous tarde vraiment de découvrir la suite des aventures du Club des Ratés, qu'on espère plus malsaines et dérangeantes, mais tout aussi captivantes et somptueuses.

    POUR LES FLEMMARDS : Ça propose une ambiance délicieusement macabre, où blagues délires, nostalgie eighties et terreur splendide s'entremêlent à la perfection. 

    >> http://wp.me/p4pTtj-5zR

  6. the humain spider ! dit :
    Impression globale
    8
    Histoire/scénario
    6
    Acteurs
    9

    j'ai vraiment aprécier ce film, mais il ne fait pas peur en soit.
    mais l'histoire et le dévellopement des personnages est vraiment bien travailler, et n'ai pas clicher.
    chaque personnage a sont histoire qui lui est propre, et chacun a dilemme. le plus interessent est surtout que ce sont des enfants, avec une vision d'enfants, dans un monde d'adulte, et qu'il doivent tous s'adapter.
    le rythme du film est très bon, on a pas le temps de s'ennuyer, et les scenes de "ça"/clown vont êtres culte pour le plus part. le jeux d'acteurs des enfants est impressionnant, surtout la rousse (dsl j'ai oublier son nom).
    les enjeux sont bon, mais la conclusion mitigera les gens je pense. m'enfin bref "ça" n'ai pas un film d'horreur a la conjuring, mais ce défend bien dans le genre, et apporte une réel profondeur a sont histoire et ses personnages, plutôt qu'a ça propre épouvante. ce film essaye vraiment de créer une ambiance unique, qui, je pense, ce fera apprécier du publique.

  7. Jimmy dit :
    Impression globale
    8
    Histoire/scénario
    8
    Acteurs
    8

    Vraiment un bon film, super moment, l'ambiance est vraiment bonne et le ton grisate de la photographie très bien appropriai, le film ne fait pas peur en sois comme beaucoup l'on déjà dit, mais ils est vraiment bien mener, on ne cherche pas spécialement à faire peur, mais à amener une histoire et une réel création des personnages, d'ailleurs les gamins s'en sorte vraiment bien dans leur rôles. Bill Skarsgård je les trouvé au top vraiment même presque parfait, y'a des rôles qui vont plus ou mien bien a des acteurs, et bien le rôle de Ca est fait pour lui. Pas grand chose à dire de plus que les autres, mais vraiment c'était un bon moment ciné un super film vraiment bien tourner avec des personnages aboutie et pas juste pour se faire massacré.

  8. Awoth dit :
    Impression globale
    7
    Histoire/scénario
    5
    Acteurs
    5

    Pas envie de faire un gros pavé, donc je fais court :
    - ça se dit film d'horreur, c'est plus un genre de thriller horrifique (en gros, il fait peur si tu le regardes le soir dans le noir avec ta porte qui grince, mais c'est tout)
    - Le clown de Tim Curry, ça faisait vraiment "clown lambda" qu'on pouvait croiser à n'importe quelle fête ou anniversaire ; le bémol, c'est que le maquillage de celui de Skarsgard, aucun clown ne se maquille comme ça, donc on a pas du tout peur car on sait que ça n'existe pas.
    - Le petit qui bégaie, je me fous de si c'était décrit comme tel dans le roman ou si c'était déjà dans le téléfilm, mais il m'a cassé les pieds, le reste des acteurs joue vraiment bien pour le coup (sauf le type avec sa coupe de mulet, je l'ai trouvé bof)
    - Les blagues de cul sur les mères...On a que ça pendant 2h, c'est lourd à souhait, on en a marre rapidement, mais ça continue, encore et encore...
    - Le côté gore/sanglant est sympa, j'ai trouvé que ça en manquait et aussi un poil de cohérence

    Spoiler (voir/cacher)

    si quelqu'un pouvait m'expliquer pourquoi le type au mulet se met à tuer tout le monde à la faim ? Juste on voit le clown et sa télé qui dit "TUE-LE !!" sans raison

    - Le clown qui

    Spoiler (voir/cacher)

    survit à un peu toutes les attaques possibles et imaginables, genre le baton qui lui transperce l'oeil, le cerveau, le visage : il est immortel ou bien ? Et quand il s'évapore à la fin ? WTF ?

  9. MorpheusChx dit :
    Impression globale
    8
    Histoire/scénario
    7
    Acteurs
    9

    Beaucoup de choses ont déja été dis sur ce film, pour moi c'est clairement un super film, l'un des meilleurs films d'horreur que j'ai vu. ce film très attendu sur le best-seller du grand Stephen King ne déçoit pas, dès les premières secondes, on nous prévient avec une musique enfantine bien glauque, le message est clair, notre pantalon va prendre cher, bon le film ne fait pas si peur que ça, mais il y règne tout au long du film une ambiance malsaine, malaisante et oppressante mais également il faut pas oublier que le film suit des enfants, donc il y a des pauses où il y règne la joie et l'insouciance de l'enfance et c'est ça le point fort du film: ces personnages tout aussi attachants et qui ont une personnalité propre, ce qui fait qu'on s'attache à eux dû aussi à cause de leur entourage et qu'on s'inquiète pour eux à chaque attaque de "ça" par rapport à un film d'horreur basique où on s'en fout un peu des protagonistes.
    Parlons maintenant du protagoniste principal du film, "ça" interprété par Bill Skasgard de belle manière, il est effrayant d'une puissance incroyable, par rapport à la version de Tim Curry, le personnage n'est pas très comique mais garde les gestuelle d'un clown mais on se concentre plus sur le coté monstrueux du personnage, on le voit pas beaucoup mais c'est ça qui fait la force du personnage, son absence est une pure illusion puisqu'il est constamment dans les parages, ce qui a crée chez moi une certaine psychose et une énorme paranoïa, j'ai vraiment stressé tout le long du film. J'ai surtout aimé que le personnage représente une certaine métaphore puisqu'il incarne la peur, il est en quelque sorte l'obstacle du passage de l'enfance à l'âge adulte, ce qui renforce le développement des personnages et les rends plus charismatiques.
    Conclusion, un film a allé voir pour son ambiance trash et gore et ses personnages excellents, un film d'horreur qui se démarque de tout les autres, croyez moi vous vous ennuierez pas une seule seconde, vivement maintenant le chapitre 2 où la à mon avis "ça" ira à la vitesse supérieure pour éliminer le club des losers devenu adulte.

Donner mon avis