Forums

Le Labyrinthe 3 : le Remède Mortel

The Maze Runner: The Death Cure

Action Science-fiction 7
Date de sortie : · Durée : 139 min · Liste : Film 2018
Impression globale
5.8
Histoire/scénario
4.5
Acteurs
6.2
Total 5.6 /10 · 6 avis · 6 note(s) · Poster mon avis ?

Synopsis : Dans ce dernier volet de l'épopée LE LABYRINTHE, Thomas et les Blocards s'engagent dans une ultime mission, plus dangereuse que jamais. Afin de sauver leurs amis, ils devront pénétrer dans la légendaire et sinueuse Dernière Ville contrôlée par la terrible organisation WICKED. Une cité qui pourrait s'avérer être le plus redoutable des labyrinthes. Seuls les Blocards qui parviendront à en sortir vivants auront une chance d'obtenir les réponses tant recherchées depuis leur réveil au coeur du Labyrinthe.

Réalisateurs : · Casting : , , , , , , , ,

7 avis sur Le Labyrinthe 3 : le Remède Mortel

  1. the humain spider ! dit :
    Impression globale
    6
    Histoire/scénario
    6
    Acteurs
    7

    bon divertissement...c'est une bonne fin en soit. malgré quelques facilité scénaristique, et de gros cliché. le film sait ce montrer divertissant, et apporte une évolution a chacun de ses personnage. c'est plutôt bien rythmé.
    les musiques sont sympa, et les scene d'action sont fluide est sympa. mais sinon a par ça, ce n'est pas révolutionnaire...
    le film est prévisible sans réel surprise...
    le tout reste assez satisfaisant comme fin. devant un divergent ou un hunger games.

  2. Djack dit :
    Impression globale
    7
    Histoire/scénario
    5
    Acteurs
    8

    Après avoir trouvé la clef du labyrinthe, s'être baladé dans un désert aride où s'amusaient tranquillement des bourguignons (ou des Fondus, impossible de se rappeler), et défié une armée de soldats en intérim, il était temps pour Tommy d'en finir. Maintenant, l'ex-Nouveau n'a qu'un seul but : détruire Wicked, l'organisation toute méchante. Seulement, avant d'accomplir sa tâche, il lui manque (encore) une chose terriblement importante : son chinois porte-bonheur, Minho.

    Hélas, la première tentative de sauvetage est un échec. Dans une scène étonnamment bien emballé (vu qu'on considère Wes Ball comme un manchot quand il s'agit de filmer l'action, on tient à soulever ce point), Tommy et sa bande parviennent à arracher un wagon entier d'otages, mais pas d'asiatique dans la foule. Du moins, pas le bon. Enervé, pas content, Tommy fait du boudin, et décide de faire le rebelle.

    Comme l'urgence est d'amener les survivants loin de ce continent à l'aide d'un bateau bien dégueu, il fait un gros fuck à tout le monde et se barre seul vers la forteresse imprenable du QG de Wicked, là où se trouve Minho donc, mais aussi sa Nana (vous savez, celle qui les a lâché dans Le labyrinthe : la Terre Brûlée et va faire des études de biologie chez l'ennemi, pépouze). Par chance, Tommy est suivi par une poignée de potes, et ni une ni deux ils s'engouffrent dans une aventure palpitante.

    Et sans rire, Le labyrinthe : le Remède Mortel est vraiment palpitant. C'est d'ailleurs le gros point fort du film. Là où le deuxième opus paraissait interminable à base de dialogues affreux qui n'avançaient pas le schmilblick et de péripéties illisibles donc ennuyeuses, ce final rectifie parfaitement le tir en injectant un rythme assez fou, le tout filmé avec une nette amélioration (la shaky-cam hardcore s'est stabilisée, et ça fait du bien !). Comme plus de la moitié du film concerne le sauvetage de Minho, la situation d'urgence est parfaitement retranscrite, à peine atténuée par la partie Wicked qui montre l'envers du décor (ça permet quelques réponses, même si ça n'est pas ultra passionnant, ni franchement surprenant).

    Alors oui, on ne va pas se leurrer, comme à chaque fois dans cette franchise, ça reste toujours aussi bête, avec des raccourcis faciles et des clichés lourdingues. "Comment pénétrer dans une grande ville impénétrable où aucune pénétration n'est possible ?" Pas de problème : un trou, des égouts, une porte et le tour est joué. "Comment faire pour vaincre une armée ultra-entraînée ?" No soucy : ils sont toujours en stage et tirent donc à longueur de temps dans le vide. "Nous sommes dans une situation catastrophique où la mort est la seule solution envisageable, qu'allons-nous faire ?" Easy : on pique un vaisseau ennemi et on file un coup de main... trois fois ! Des exemples comme ça, il y en a à la pelle (et croyez-le, d'autres sont encore plus aberrants), mais là où ça paraissait énervant dans La Terre Brûlée, ça en devient routinier et noyé dans la masse ici, tant tout s'enchaîne assez vite.

    L'énergie dont fait preuve Le Remède Mortel est communicative, et si l'amélioration de Wes Ball dans sa réalisation et la cadence du film y sont pour beaucoup, n'oublions pas un casting encore une fois solide, Dylan O'Brien en tête. L'acteur mène la barque haut la main, et ceux qui gravitent autour de lui parviennent presque tous à exister. Même Kaya Scoliose semble moins tarte (son stage dans les Caraïbes avec Jack Sparrow a dû l'aider).

    En parlant de tarte, la petite surprise du chef vient du fait que la romance à l'eau de rose entre Tom-Tom et Nana est largement atténuée, au profit d'une bromance fort sympathique. Tommy a toujours le coeur qui fait boum-boum pour la traîtresse de l'histoire, mais on retiendra surtout le lien qui l'unit à ses potos, et plus particulièrement à Newt, celui qui le suit depuis le début. L'évolution de leur amitié est bien traité, quand bien même ça reste déjà vu, et permet d'offrir une scène particulièrement prenante sur la fin.

    De ce fait, cette trilogie reste probablement l'une des meilleures du genre young adult. Ça n'atteint pas les cimes de l'excellence en tant que film, loin de là (pas comme pour certains Harry Potter), mais ça reste bien plus épique et généreux que les mous du bulbe Divergente et autres Hunger Games (pour ne citer que les plus complets).

    POUR LES FLEMMARDS : Usant abusivement de clichés et raccourcis scénaristiques, cette conclusion offre malgré tout un spectacle généreux, dynamique, sincère, et surtout moins épileptique !

    >> https://wp.me/p4pTtj-28k

  3. Pulsions dit :

    J'aimerais bien qu'un jour on ne tourne plus de scènes d'action à coups de spasmes ! ^^. De la fluidité, de la lisibilité, nom de Zeus !

  4. BLADE dit :
    Impression globale
    5
    Histoire/scénario
    4
    Acteurs
    5

    c est une deception ... les deux précédant volets m'ont amené a imaginer a peu de chose pres cette fin la .. pas de surprise

    au moins les deux autres films me faisaient oublier le coté tête a claque des acteurs teenagers mais la je vois juste une compile de plusieurs scenes et situations ultra classiques que j ai vu un million de fois au ciné

  5. Awoth dit :
    Impression globale
    4
    Histoire/scénario
    2
    Acteurs
    5

    C'est pas le moins bon des trois. Mais ils ont utilisé TOUS les systèmes d'incohérences et de coïncidences...La première partie ressemblait à un teen-movie VRAIMENT enfantin, un genre de film amateur de 10-12 ans qu'on montre à la kermesse du collège.."On va chercher notre pote, NA"...Non, quand c'est un monde apocalyptique, tu sauves ta peau avant tout...Stop le friendly qui sert à rien.
    La deuxième partie est plus intéressante, le fond, les idées et le sous-entendu

    Spoiler (voir/cacher)

    "On doit tous se mobiliser pour lutter contre "La ville"

    La fin, c'est :

    Spoiler (voir/cacher)

    Monologue inutile du méchant, la traitresse qui retourne sa veste ENCORE une fois et pile au bon moment :siffle: ; 4 héros contre 500 voire 1000 soldats et ils s'en sortent tous bien sur :happy: ; Galli qui est toujours vivant, je sais pas comment, apparemment on l'aurait sauvé ; bref de l'illogique comme tout bon film de merde américain quoi

    Je parle pas du maquillage, c'est digne d'un sharknado, et les dialogues niais, MAIS NIAIS...Rohlàlà, c'est qui le scénariste ?
    Bref, j'ai vu mieux.

    • Olvers974 dit :
      Impression globale
      7
      Histoire/scénario
      5
      Acteurs
      6

      Un peu abusé ton ressenti, sache que chaque personne est différente, peu importe le contexte ^^
      Chaque personne a peur différemment et cela, peu importe le contexte également.
      Après, oui, il y'a des facilités scénaristiques, des scènes longues ... mais la scène du début est assez efficace en terme d'action. Les scientifiques ne sont pas aussi cruels que l'on pouvait le croire, au final il faut faire un choix, et ils ont des remords. Après oui, ce n'est pas un renouveau ce film !

  6. Gemmel dit :
    Impression globale
    6
    Histoire/scénario
    5
    Acteurs
    6

    Le labyrinthe se révèle être une trilogie en dent de scie : un premier opus surprenant , un second décevant, un troisième plaisant.
    Même si l'histoire est classique, se battre contre la vilaine méga entreprise responsable de tous les malheurs des héros, et contenant des incohérences, on ne voit pas passer le temps devant ce film de 2h20 grâce à une réalisation plus qu'honorable dans l'action et un casting plein d'énergie.
    Même si le film a une fin ouverte, la production aura eu le mérite de ne pas nous faire une conclusion par un double film, ne connaissant pas une fin plus que décevante comme Divergente. Concernant le b-o, on voit que l'écart de sortie entre le second et troisième opus, dû à la blessure de l'acteur principal, a eu raison du succès même s'il reste plus que correct.

Donner mon avis